Arthur Rimbaud, Matinée d’ivresse

http://abardel.free.fr/petite_anthologie/matinee.htm

Matinée d’ivress

Ô mon Bien ! Ô mon Beau ! Fanfare atroce où je ne trébuche point ! chevalet féerique ! Hourra pour l’oeuvre inouïe et pour le corps merveilleux, pour la première fois ! Cela commença sous les rires des enfants, cela finira pas eux. Ce poison va rester dans toutes nos veines même quand, la fanfare tournant, nous serons rendu à l’ancienne inharmonie. Ô maintenant, nous si digne de ces tortures ! rassemblons fervemment cette promesse surhumaine faite à notre corps et à notre âme créés : cette promesse, cette démence ! L’élégance, la science, la violence ! On nous a promis d’enterrer dans l’ombre l’arbre du bien et du mal, de déporter les honnêtetés tyranniques, afin que nous amenions notre très pur amour. Cela commença par quelques dégoûts et cela finit, – ne pouvant nous saisir sur-le-champ de cette éternité, – cela finit par une débandade de parfums.

Rires des enfants, discrétion des esclaves, austérité des vierges, horreur des figures et des objets d’ici, sacrés soyez-vous par le souvenir de cette veille. Cela commençait par toute la rustrerie, voici que cela finit par des anges de flamme et de glace.

Petite veille d’ivresse, sainte ! quand ce ne serait que pour le masque dont tu nous as gratifié. Nous t’affirmons, méthode ! Nous n’oublions pas que tu as glorifié hier chacun de nos âges. nous avons foi au poison. Nous savons donner notre vie tout entière tous les jours.

Voici le temps des Assassins.

En célébrant ce lendemain d’ivresse que l’on peint plutôt, d’habitude, comme un réveil triste et dégrisé, Rimbaud proclame avoir trouvé le secret d’une extase qui jamais ne retombe, la formule de l’illumination continue, grâce à un merveilleux « poison » capable de « rester dans nos veines même quand, la fanfare tournant, nous serons rendu à l’ancienne inharmonie ».
Quel est ce « poison » ? La poésie, bien plus sûrement que le haschich, qui n’est ici qu’un comparant symbolique. C’est elle (la poésie) qui permettra à Rimbaud de tenir la « promesse » pour l’accomplissement de laquelle il a voulu se faire voyant, ainsi qu’il l’explique dans ses fameuses lettres de juin 1871 : promesse de la liberté libre au delà du bien et du mal, promesse d’un « très pur amour ».
Mais la « méthode » expérimentée, pour aussi « merveilleux » que soient ses résultats, exige un dévouement héroïque. Car la poésie a ceci de commun avec les excitants chimiques qu’elle inflige à celui qui s’y livre d' »atroces » « tortures ». Rimbaud accepte de les affronter : « Nous savons donner notre vie tout entière tous les jours. » Comme les fanatiques drogués au haschich de la secte persane des Haschischins (XIe siècle), nom qui a passé longtemps pour avoir donné en français le mot « Assassins », le poète est prêt à se sacrifier pour pouvoir « déporter les honnêtetés tyranniques », conjurer l' »horreur des figures et des objets d’ici ». Et il annonce que d’autres vont venir, qui suivront cet exemple révolutionnaire.

Cette promesse de libération puisée au fond de « l’ivresse » n’est-elle pas illusoire ? Quelques indices d’ironie, malgré le ton catégorique sur lequel le poète proclame sa « foi au poison », en suggèrent le danger. Il ne s’agit peut-être plus, pour celui qui écrit « Matinée d’ivresse » en 1873 ou 1874, que de « saluer » le Voyant … qu’il a été !

Présence

J’ai lié les unes aux autres mes convictions et agrandi ta Présence. J’ai octroyé un cours nouveau à mes jours en les adossant à cette force spacieuse.

Fureur et mystère (1948), René Char

Le château de l’espérance

Ta pâle chevelure ondoie
Parmi les parfums de ta peau
Comme folâtre un blanc drapeau
Dont la soie au soleil blondoie.
Las de battre dans les sanglots
L’air d’un tambour que l’eau défonce,
Mon coeur à son passé renonce
Et, déroulant ta tresse en flots,
Marche à l’assaut, monte, – ou roule ivre
Par des marais de sang, afin
De planter ce drapeau d’or fin
Sur ce sombre château de cuivre
– Où, larmoyant de nonchaloir,
L’Espérance rebrousse et lisse
Sans qu’un astre pâle jaillisse
La Nuit noire comme un chat noir.

Stéphane Mallarmé

N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit

Dylan Thomas, Do not go gentle into that good night, 1951.

N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit,

Le vieil âge devrait brûler et s’emporter à la chute du jour ;

Rager, s’enrager contre la mort de la lumière.

Bien que les hommes sages à leur fin sachent que l’obscur est mérité,

Parce que leurs paroles n’ont fourché nul éclair ils

N’entrent pas sans violence dans cette bonne nuit.

Les hommes bons, passée la dernière vague, criant combien clairs

Leurs actes frêles auraient pu danser en un verre baie

Ragent, s’enragent contre la mort de la lumière.

Les hommes violents qui prient et chantèrent le soleil en plein vol,

Et apprenant, trop tard, qu’ils l’ont affligé dans sa course,

N’entrent pas sans violence dans cette bonne nuit.

Les hommes graves, près de mourir, qui voient de vue aveuglante

Que leurs yeux aveugles pourraient briller comme météores et s’égayer,

Ragent, s’enragent contre la mort de la lumière.

Et toi, mon père, ici sur la triste élévation

Maudis, bénis-moi à présent avec tes larmes violentes, je t’en prie.

N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit.

Rage, enrage contre la mort de la lumière.

*

Do not go gentle into that good night,

Old age should burn and rave at close of day;

Rage, rage against the dying of the light.

Though wise men at their end know dark is right,

Because their words had forked no lightning they

Do not go gentle into that good night.

Good men, the last wave by, crying how bright

Their frail deeds might have danced in a green bay,

Rage, rage against the dying of the light.

Wild men who caught and sang the sun in flight,

And learn, too late, they grieved it on its way,

Do not go gentle into that good night.

Grave men, near death, who see with blinding sight

Blind eyes could blaze like meteors and be gay,

Rage, rage against the dying of the light.

And you, my father, there on the sad height,

Curse, bless, me now with your fierce tears, I pray.

Do not go gentle into that good night.

Rage, rage against the dying of the light.

***

Dylan Thomas (1914-1953) – Vision et Prière (Poésie/Gallimard, 1991) – Traduit de l’anglais par Alain Suied.

Liste super bouquins SF à tendance eco

Petite bibliothèque pour traverser les périodes difficiles

biennale, recits SF par P. Servigne

Petite bibliothèque pour traverser les périodes difficiles , immaginer les mondes de demain

Ravage, René Barjavel

Le troupeau aveugle, Johnn Brunne


biennale villes en transition

recits SF par P. Servigne

Petite bibliothèque pour traverser les périodes difficiles , imaginer les mondes de demain

Ravage, René Barjavel

Le troupeau aveugle, Johnn Brunner

Ecotopia, Ernest Callenbach

Les fils de l’homme, P.D. James

Le dit d’Aka, suivi per le nom du monde est foret, Ursula K. Le Guin

La Santé de la terre. Essais agrariens, de Wendell Berry

Trad. par Pierre Madelin

par Renaud Beauchard

Il faut saluer l’initiative des éditions Wildproject, fondées pour «acclimater en France les idées révolutionnaires de la philosophie de l’écologie» en publiant notamment des ouvrages fondateurs de la pensée écologiste dans le monde. Ayant déjà publié ou republié les textes de Rachel Carson et d’Arne Næss, entre autres, c’est à la pensée d’un géant de l’écologie qu’elles introduisent aujourd’hui le public français au travers de la première traduction en français d’une infime partie de l’œuvre pléthorique de Wendell Berry, laquelle recouvre plus d’une quarantaine ­d’ouvrages incluant romans, recueils de poésie et de nombreux essais. Les quelques essais agrariens rassemblés dans La Santé de la terre offrent une formidable première expérience de plongée dans cette œuvre phare.

Agriculteur lui-même, ancien étudiant de Wallace Stegner, le plus grand écrivain de l’Ouest du xxe siècle, Wendell Berry, souvent décrit comme un successeur contemporain de Thoreau, est un infatigable défenseur d’un rêve américain «que l’on nomme parfois Jeffersonien, mais qui est en réalité le rêve de tous les opprimés au cours de l’histoire». Ayant une grande influence sur l’œuvre de Christopher Lasch, Berry connaît en ce moment un regain de succès tout à fait significatif chez les «millennials» en quête d’une pensée redonnant de l’intelligibilité au monde, une pensée organisée autour de la terre en tant que communauté vivante.

Le désir de prendre soin de la terre «ne peut pas découler de principes abstraits ou de motivations purement économiques», nous dit Berry. Fustigeant le «Penser grand» des mouvements écologistes qui les a conduits à s’enfermer dans le piège de la «cause publique défendue par des organisations qui critiqueront et condamneront d’autres organisations sur un ton moralisateur» pour accoucher de mesures publiques et de lois aussi creuses que tardives, Berry appelle à voir la crise écologique non pas seulement comme une crise publique, mais aussi comme une crise privée appelant à un «Penser petit». «Nous ne vivons ni dans le gouvernement, ni dans les institutions, ni à travers nos paroles et nos actes publics, or la crise écologique découle de nos vies» écrit-il, exhortant les Américains à traiter l’écologie, non pas à la manière d’une «foule dont le mécontentement n’a pas dépassé le niveau des slogans», mais d’un peuple, communauté vivante de citoyens aptes à l’autogouvernement, «dont il est impossible de ne pas tenir compte, qui comprend les raisons de son mécontentement et qui en connaît les solutions nécessaires».

Penser petit n’implique pas pour autant de se détourner des enjeux globaux comme le démontre Berry avec un article critique particulièrement réussi consacré à l’Omc. Berry y montre une maîtrise des enjeux techniques du commerce international et de la mondialisation au service d’une dimension morale, sans pour autant tomber dans le technicisme dans lequel s’enferment trop souvent les militants alter­mondialistes. C’est à la racine qu’il traite la question en tordant le cou à la foi des exploiteurs-­harmonisateurs dans l’idée que «le monde est partout uniforme et conforme à leurs désirs», en leur opposant la réalité d’un monde «d’une incroyable diversité de pays, de climats, de reliefs, de régions, ­d’écosystèmes, de sols et de cultures humaines […] telle qu’aucune ambition centralisatrice ne pourra jamais en venir à bout.» Donnant à voir l’extraordinaire richesse éco­nomique et politique de communautés locales aujourd’hui détruites comme le Marion County dans la Kansas, où la valeur imposable était la plus élevée en 1912 et où, citant William Allen White, «la richesse était équitablement distribuée parmi les personnes qui la méritaient», Berry plaide pour une nouvelle conception de l’économie, centrée autour du foyer, qui se développerait grâce à la prospérité de ses territoires et de leurs habitants et non en les exploitant. Une économie qui apprendrait à «croître comme un arbre, et non comme un feu».

Aussi féroce que Bernard ­Charbonneau, avec lequel il est souvent comparé, vis-à-vis de la complicité des «chrétiens certifiés» dans l’anthropocène, Berry est néanmoins aussi convaincu que Jacques Ellul que toute tentative de fonder une spiritualité post­chrétienne, en nous rendant étrangers à la tradition biblique, ne peut conduire qu’à une version simplifiée de celle-ci. Exhortant à lire la Bible «à la lumière de l’état dans lequel se trouve la Création» et rappelant que «l’œuvre du Diable, c’est l’abstraction», Berry appelle à «retrouver le monde» pour paraphraser Matthew Crawford, en renouant avec une expérience pratique de celui-ci. Cultivant la vertu cardinale de l’espérance, Berry formule un certain nombre de principes essentiels pour préparer un monde post-industriel : refondation du droit de propriété autour de l’usu­fruit, rejet du dualisme corps/âme qui nie la réalité physique du monde (l’essai intitulé « Le corps et la terre » est d’une beauté et d’une perspicacité sans pareilles), conscience que «manger est un acte agricole», condamnation du travail abstrait fondée sur l’idée que «travailler sans plaisir, sans émotion, fabriquer un produit qui n’est ni utile, ni beau» déshonore la nature et est un acte blasphématoire par excellence…

Nous rappelant toutes les promesses déçues de l’esprit protestant présidant à la fondation du Nouveau Monde, la foi chrétienne de Berry est résumée par la position d’Huckleberry Finn vis-à-vis de la religion de Miss Watson et de sa vision pharisienne et solipsiste du paradis dans Les Aventures de Tom Sawyer. Face à celle qui voudrait le convaincre «que nous pourrons éviter d’aller au “mauvais endroit”, que nous rejoindrons au contraire le “bon endroit”, à condition de croire à son charabia insipide et superstitieux», c’est en toute simplicité et en authentique Américain que Huck Finn alias Berry répond : «J’ai décidé que je n’allais pas essayer.»

https://esprit.presse.fr/actualite-des-livres/renaud-beauchard/la-sante-de-la-terre-essais-agrariens-de-wendell-berry-41906

Liste livres

Liste

Gilets jaunes : 10 romans annonciateurs de la crise

Romain Jeanticou

Publié le 13/12/2018. Mis à jour le 21/12/2018 à 12h42.

https://www.telerama.fr/livre/gilets-jaunes-10-romans-annonciateurs-de-la-crise%2Cn5930818.php

Manifestation des Gilets jaunes à Toulouse, le samedi 8 décembre 2018.

© Ulrich Lebeuf / MYOP

De Nicolas Mathieu à Virginie Despentes ou Yannick Haenel, “Télérama” a sélectionné dix romans récents permettant d’éclairer les causes et les enjeux du mouvement social des Gilets jaunes.

Le mouvement des Gilets jaunes a fait surgir sur nos écrans des visages et des corps qui en étaient en grande partie exclus. Un bout de France, pourtant majoritaire, largement invisibilisé par les médias et la culture. Le roman français, cependant, leur a consacré ces dernières années de belles pages dans des récits sociaux proches parfois de l’actualité, toujours de la réalité. Ecrivains et écrivaines se sont attelé et s’attachent encore à observer les mécanismes de la violence sociale, à sonder le malaise des territoires français, à exprimer la colère et la détresse de leur population et à imaginer l’issue souvent tragique qu’elles pourraient trouver. En voici dix dont les histoires d’abandon, de domination ou d’insurrection font largement écho à la situation que traverse actuellement le pays.

François Beaune – “Omar et Greg”

Plus que de liberté et d’égalité, il est question dans Omar et Greg de fraternité. Pas tout à fait un roman mais pas du tout un essai, le dernier livre de François Beaune donne la parole à deux ex-cadres du Front national aux parcours singuliers, imprévisibles : l’un musulman, l’autre homosexuel, tous deux anciens militants à gauche dans leurs quartiers populaires respectifs. Le récit de deux vies qui interrogent les déterminismes sociaux et culturels ainsi que notre capacité à vivre ensemble.

François Bégaudeau – “En guerre”

Mille et une batailles se jouent dans les pages des livres de François Bégaudeau. Les personnages de celui-ci livrent la leur contre les multinationales, les patrons, les politiques, les terroristes. Autant de duels déséquilibrés que l’écrivain et scénariste décrit de sa langue caustique et son ton plein d’ironie. L’ordre, pourtant, est toujours là pour éteindre les braises : ce ne sont pas des batailles qu’il faut mener, mais bien la guerre.

Arno Bertina – “Des châteaux qui brûlent”

La trame est simple et percutante : les salariés d’un abattoir en liquidation judiciaire séquestrent un secrétaire d’Etat venu leur rendre visite. L’exploration de ce conflit social explosif, de ses enjeux et ses rouages, est pourtant minutieuse et singulière. L’insurrection est racontée du point de vue des salariés bien sûr, mais aussi de l’homme politique, du patron, des médias, des CRS, et dessine les incertitudes et les contradictions de chacun. Elle montre surtout la puissance du collectif lorsqu’il est animé d’une pulsion de survie.

Marion Brunet – “L’Eté circulaire”

Deux sœurs adolescentes dont les parents peinent à joindre les deux bouts errent entre fatigue et ennui dans une ville pavillonnaire du Midi, jusqu’au drame qui fera basculer leur été avant leur vie. Un roman noir politique sur les communautés périurbaines de « petits Blancs » exclus de la mondialisation et refermés sur eux-mêmes jusqu’à la xénophobie.  

Virginie Despentes – Trilogie “Vernon Subutex”

Le décor de la série à succès de Virgine Despentes est plus urbain et cosmopolite : c’est à Paris que Vernon Subutex et sa bande baladent leurs désillusions. Les personnages sont variés, leurs histoires disparates SDF, producteur bourgeois, étudiante musulmane, petit vendeur facho… – et c’est en les faisant se rencontrer et interragir que l’auteure parvient à sonder avec précision et empathie les fossés qui creusent notre société. Une fresque sociale dense, humaine et captivante.

Yannick Haenel – “Les Renards pâles”

Le sixième roman de Yannick Haenel est plus ancien (2013), mais son récit de la révolte des laissés pour compte de la société de consommation fait trop écho à la situation actuelle pour ne pas l’inclure dans notre liste. L’écrivain fait coïncider poésie et politique dans un récit envoûtant qui mène un marginal à une bande d’incendiaires libertaires et le lecteur à la beauté effroyable du chaos. Et embrasse au passage les thèmes brûlants du moment : injustice, immigration, insurrection.

David Lopez – “Fief”

L’action de Fief se situe entre campagne et banlieue, mais surtout dans les mots de ses personnages. Une langue orale, créative, syncopée, celle de Jonas et sa bande. Elle exprime tout autant leurs désirs de gloire que la mollesse de leur quotidien, à fumer des joints et draguer des filles. Mais à quoi bon avoir de l’énergie quand on n’a pas de perspectives ? Leur Fief, c’est cette zone périurbaine, ce territoire entre-deux, lieu de leur servitude volontaire. 

Nicolas Mathieu – “Leurs enfants après eux”

Le prix Goncourt 2018 suit quatre étés durant des vies « sans échappatoire » dans une vallée de l’Est à l’agonie depuis l’arrêt des hauts fourneaux. Nicolas Mathieu, lui-même issu de la petite classe moyenne à la lisière, raconte la vie à la périphérie, le déclassement, l’ennui, le jeu des hiérarchies. Le désir brûlant d’autre chose. Un roman choral sur la France majoritaire, celle des Gilets jaunes, plein de mélancolie et de colère.

Nathalie Quintane – “Un œil en moins”

Quelque chose a eu lieu, en France, en 2016, et Nathalie Quintane s’acharne à en prendre date. Nuit debout, ce n’était pas les Gilets jaunes, bien sûr – un autre espace public, une autre classe sociale, un autre discours. Mais il y eut ensuite Notre-Dame-des-Landes, la loi travail, la question des migrants. Pour ne pas laisser au pouvoir la conclusion de cette année politique riche, l’auteure décortique les dérives et les absurdités d’un système prêt à tout pour éteindre les révoltes. 

Hélène Zimmer – “Fairy Tale”

Un premier roman comme un portrait d’une jeune Française voûtée par l’accumulation des statuts précaires – femme, mère, vendeuse. Les scènes abruptes et les dialogues crus traduisent la violence omniprésente dans le quotidien de Coralie et son compagnon Loïc, chômeur, qu’elle soit sociale, professionnelle, conjugale ou familiale. La vie de Coralie lui échappe, pourtant elle semble l’avoir choisie : son histoire est celle d’un emprisonnement faussement consenti.