Soutenance écrite

Formations Bio Sainte Marthe : Formation Maraîcher Bio indépendant en microferme

module 2

Ferme formatrice : chez Nathalie Carre, O’bio Jardin

La Brande 36400 Saint Christophe en Boucherie, du 16/09/2019 au 15/11/2019 Coordinateurs pédagogiques : Hervé Valoteau, Didier Hoeffelin

1.        Connaissance du sol 3

1.1      Environnement (observation) 3

a)…… Ensoleillement 3

b)…… Vents dominants – Reliefs – Pluviométrie – Faune – Flore. 3

c)…… Conception des espaces. 3

d)…… Texture et structure du sol 3

e)…… Plantes bio-indicatrices du lieu.. 3

1.2.     Supports de cultures et amendements. 4

a)…… Préparation type et périodes. 4

b)…… Amendements. 4

c)…… Normes d’hygiène et sanitaires concernant les amendements. 5

2.        Techniques d’agriculture Vivrière. 6

2.1. Organisation du lieu de production. 6

a)…… Infrastructure minimum.. 6

b)…… Organisation des jardins. 6

c)…… Consommables nécessaires à la production de légumes. 8

2.2. Planifications des cultures. 8

a)…… Variétés adaptées au sol et climat 8

b)…… Parcours cultural des légumes à cultiver 8

c)…… Planifications. 8

d)…… Optimisation du support de production.. 9

e)…… Objectif production : semences et surface nécessaire. 9

2.3. Semer et planter 9

a)…… Préparation d’un lit de semences en pleine terre. 9

b)…… Profondeur des semis selon le calibre de la graine. 10

c)…… Semer efficacement dans un support de semis hors sol 10

d)…… Plantation des différentes familles de légumes. 10

e)…… Gestion d’une serre à plants. 11

f)……. Système d’irrigation.. 11

2.4.     Suivi des cultures, entretiens et soins. 11

a)…… Maitrise de l’enherbement des cultures. 11

b)        Taille des légumes pour l’amélioration du calibre et réduire les risques de maladies. 11

c)…… Légumes à conduire en hauteur 12

d)…… Principaux ravageurs et maladies par famille de légumes. 13

e)…… Actions préventives et curatives pour limiter ravageurs et maladies. 14

f)         Normes sanitaires et environnementales pour les produits phytosanitaires utilisables en AB.. 14

3.        Commercialisation. 14

3.4.     Récolte et conditionnement 14

a)…… Récoltes des différents légumes. 14

b)…… Norme d’hygiène (ex : Pack hygiène) – Organisme de contrôle (DRAAF) 15

3.5.     Prix de vente. 15

a)…… Objectifs de ventes et chiffre d’affaires annuel 15

b)…… Marché des légumes bio (prix moyens pratiqués) 15

c)…… Valorisation.. 16

4.        Parcours à l’installation. 17

4.4.     Choix des statuts juridique, fiscal et social 17

4.5.     Démarche administrative. 17

5.        Annexes. 18

5.4.     Biographie. 18

5.5.     Environnement 18

a)…… Présentation du lieu.. 18

b)…… Description du lieu.. 18

5.6.     Projet 20

a)…… Le projet 20

b)…… Quel sens. 20

c)…… Objectifs. 20

5.7.     Calendrier prévisionnel 21

5.8.     Itinéraires culturaux. 21

5.9.     Objectifs de ventes et chiffre d’affaires annuel 22

a)…… Prévisionnel N (2021) 22

b)…… Prévisionnel N+1 (2022) 22

5.10.   Planification. 23

a)…… Année N (2021) 23

b)…… Année N+1 (2022) 24

5.11.   Business plan. 25

a)…… Investissement initial 25

b)…… Crédit consommation.. 25

c)…… Résultat prévisionnel 26

5.12.   Rappels. 28Bibliographie et liens  31

1.   Connaissance du sol

1.1         Environnement (observation)

a)    Ensoleillement

  • Ensoleillement : 1900h/an (Sunearthtools, 2019, details en annexes)

b)    Vents dominants – Reliefs – Pluviométrie – Faune – Flore

  • Vents dominants (Bise) parallèles à la barre de l’Epine : altitude 1500m orienté N-E
  • Pente vers l’est, 8% maxi 4% en partie basse
  • Pluviométrie moyenne : 1500mm/an (pour plus de détails voir annexes)

L’environnement est relativement peuplé (habitat diffus), la faune observée est caractéristique des zones préalpines agricoles.

c)             N Conception des espaces 

Haies – Mares – Zones sauvages 

La haie suivant la direction N-O sera enrichie et soignée et marquera une séparation entre le verger et la partie maraichère. En bas, en bordure de propriété, des massifs ornementaux et un petit potager sur butte permanente tressée sont en développement et permettront d’accueillir la biodiversité et égayer les néo-jardiniers et les voisins tout en marquant une séparation avec la route.

La haie de séparation N-E sera renforcée en plantant des arbrisseaux dans le but de contrer les résidus du vent dominant.

Une mare sera présente dans le bas du terrain, elle collectera les eaux pluviales des serres 1 et 2, le complément sera tiré de l’eau de la ville.

Une deuxième mare à l’extrémité opposée du terrain pour collecter les eaux de ruissellement par des tranchées, sera réalisée ultérieurement, depuis le verger en suivant la pente.

3 ruches d’abeilles domestiques seront postées au pied de la butte entre le verger et les serres, 3 ultérieures en partie opposée non loin du potager ornementale.

Au sommet de la colline à proximité du verger il y a des bosquets, ils seront entretenus et ils fourniront des éléments utiles aux cultures.

Serres – Planches de culture

Les serres seront installées suivant la pente du terrain et perpendiculaires au vent dominant, les planches avec un léger terrassement seront construites parallèles aux courbes de niveaux (N-E)

Des cultures de petits fruits seront plantées aux pieds des arbres du verger.

Ajouts progressifs : 4 massifs de plantes aromatiques aux coins des serres et vigne tous les 2 arceaux.

d)    Texture et structure du sol

Aucune intervention humaine depuis des générations (pas de traces, pas de cultures)  et des prairies sur plusieurs ha en partie haute du terrain (élevage laitier bio).

Le sol est sans limon, il est constitué de 65% d’argile et 35% de sable. La roche mère est du calcaire du Jura, il demandera un bon travail pour l’aérer et un amendement régulier (apport de craie broyée si possible). Il est très riche en matière organique.

e)    Plantes bio-indicatrices du lieu

Trèfle blanc (Trifolum repens) et Bugle rampant (Ajuga reptans) : caractéristiques des sols hydro morphiques (souvent engorgé en eau) avec de très fort contrastes hydriques. Richesse du sol en bases et en MO azoté voir ++<compactage des sols (Redactibio, 2019). Pour les détails du design voir Annexes : 5.2 et

1.2.       Supports de cultures et amendements

a)    Préparation type et périodes

Actuellement en prairie, je vise, avant toutes interventions, la certification bio.

Voici les opérations prévues pour la suite :

  • Déchaumage en début d’automne suivi d’un labour superficiel (<25cm) avec la charrue réversible ou la charrue déchaumeuse ou la rotobeche attelée sur un tracteur (40cv mini). Après l’hiver passé sous bâches, passage d’un cultivateur (outil à dent type herse), si culture d’engrais verts : broyeur et rotovator.
  • Enterrer l’irrigation principale (PE Ø65mm) dans caniveaux en béton après avoir creusé les tranchées à la minipelle
  • Avec un porte-outil (BCS 770) et une herse rotative avec barre niveleuse et rouleau je brise les mottes ou je décompacte les zones intéressées et je peux préparer les planches (profondeur 5-8cm)
  • J’entretiens les planches (je peux également en créer de nouvelles très rapidement) grâce à une charrue rotative (Groundblaster). Elle pourra être mise à profit pour les zones où les légumes n’ont besoin que d’un terrain grumeleux (cucurbitacées, brassicacées)
  • Pour amender et incorporer du compost et du fumier dans les serres, pour les légumes gourmands, le porte-outil sera équipé de la herse rotative qui permettra enfin d’obtenir un lit de semence idéal (Gramegna ou Rinaldi)
  • Nous utiliserons les outils manuels pour atteindre les zones non accessibles au motoculteur (houe, houe bêche pour finaliser les tranchées, râteaux et râteau à gazon seront utilisés pour les planches déjà en culture (ou pour des travaux ponctuels). Pour aérer et décompacter le potager et les pieds des arbres je pourrai compter sur une grelinette et une campagnole.

Exemple de préparation de sol adapté pour les pommes de terre en annexe (5.5. Itinéraires culturaux) et mémoire m1*.

b)    Amendements

L’implantation de culture, la fertilisation (dose) et sa forme seront extraites du Guide Technique tome 2 de l’ITAB, du tome 2 partie VIII de Vivre avec la Terre et du guide de culture du catalogue Agrosemens qui sont précieux également pour les autres paramètres et pratiques culturales : semence, T°C levée, durées, périodes. (pour plus de détails voir bibliographie)

  • Amendements organiques : lisiers, fumiers, compost de fumiers, compost de déchets verts et bois raméal fragmenté (BRF). Apport de matière pour enrichir et structurer le sol – restitution d’une partie aux cultures. Pour une meilleure complémentarité des apports je vais associer matière organique végétal avec matière organique animal.
  • Engrais organiques : Un élevage laitier bio est tout proche (haras à chevaux à prospecter). Ce fumier sera utile pour fertiliser les plantes (éléments minéraux immédiatement disponibles).
  • Engrais et amendements minéraux : apport complémentaire, il améliore la stabilité du sol, il permet une modification du pH, de la composition de la solution du sol ainsi que de l’activité microbienne. Une partie de ces minéraux sont présents dans les amendements et engrais organiques.
  • Engrais verts : apport de matière organique végétale fraiche, rotation et diversification des cultures, limitation de la repousse des adventices, structuration du sol, stimulation de l’activité biologique, limitation de l’érosion du sol et du lessivage grâce à la couverture (pag.294 et succ., Vivre avec la Terre op.cit.).

Une attention particulière sera portée à la culture d’engrais verts à cycle court en fin de culture, de la luzerne et céréales pour toute la période de rotation même sous serre (broyage des engrais 2 mois avant semis ou plantation, ils seront incorporés 3 semaines avant plantation), les explications sur le blé jardiné de la ferme du Bec Hellouin (op.cit. pag.853 tome III) en utilisant les exemple de la culture familiale du blé (P.Sauvageot, P.Grillo, 1943) et les expériences de J.Jeavons et M.Bonfils sont très intéressantes.  Une rencontre avec Fréderic Thomas est prévue.

Les doses sont à adapter en fonction du type de culture en place et à venir (culture gourmande ou non) et du type de sol (carence potentielle). Cependant, il existe une règlementation concernant les dosages (voir partie 1.2.c).

c)    Normes d’hygiène et sanitaires concernant les amendements

Les normes à suivre et leurs mises à jour sont disponibles sur différents sites web.

Ci-dessous un bref résumé :

Article 3 du règlement (CE) n°886/2008, Gestion et fertilisation des sols :

« 1. Lorsque les mesures prévues à l’article 12, paragraphe 1, points a), b) et c) du règlement (CE) n°834/2007 ne permettent pas de couvrir les besoins nutritionnels des végétaux, seuls les engrais et amendements du sol énumérés à l’annexe 1 du présent règlement peuvent être utilisés dans la production biologique, et uniquement suivant les besoins. Les opérateurs conservent des documents justificatifs attestant la nécessité de recourir à ces produits ». L’article 12, paragraphe 1, points a), b) et c) du règlement (CE) n°834/2007 indique que l’utilisation d’intrants ne peut être réalisée que si une bonne gestion des sols, une rotation importante comprenant des engrais verts et des légumineuses ne permettent pas de couvrir les besoins nutritionnels des végétaux.

Se trouve dans cette annexe, des produits comme la farine de plumes, le guano, le tourteau, le fumier, les fientes, etc (B. Leclerc, 2012 ; Règlement (CE) n°889/2008 de la commission du 5 septembre 2008).

La directive nitrate s’applique à l’ensemble des fermes en AB. Elle indique que la quantité totale d’effluents d’élevage ne peut dépasser 170kg d’azote par an/hectare de surface agricole utilisée (donc pour le fumier, fumier séché, fiente de volaille déshydratée, compost d’excréments liquides d’animaux). Les fumiers ou excréments ne peuvent pas venir d’élevage industriel (hors sol !) en AB.

Dans le cas d’utilisation de compost de bio-déchets des ménages, l’annexe 1 du règlement (CE) n°889/2008 précise qu’ils sont soumis à une exigence de qualité concernant les seuils limites en ETM (Eléments Traces Métalliques).